…largely it’s just a big, expensive celebration of the academic status quo.


Interesting piece on the upcoming MLA convention in Chicago:

They’ll all be there: muckety-mucks whose rings ache for kissing; frazzled early-career professors angling for tenure; and, of course, hordes of desperate graduate students and barely employed Ph.D.s, hoping to break into what everyone actually calls “the profession.”

Advertisements

2013 Poseur alerts are awarded for passages of prose that stand out for pretension, vanity and really bad writing designed to look like profundity.


Poseur alerts are awarded for passages of prose that stand out for pretension, vanity and really bad writing designed to look like profundity.

Below are the finalists we’ve selected for the 2013 Poseur Alert Of The Year, please review them and then vote for your favorite at the bottom of the page.

Higher education is in crisis! Long live higher education!


When the cheerful fellows from An und für sich raised their collective eyebrows at The Global Center for Advanced Studies (must be read with exaggerated tone of admiration and worshipfulness), they got 200 comments to their original post. Most were attempts to defend this new and exciting graduate school that aimed to fight the old system with some new and innovative ideas.

Now that the school released its secret plans for revolutionizing education and it’s a series of paid online courses, it’s appropriate to mention that some unknown French thinker called Jacques Rancière is joining the chorus of haters:

Here is an interesting discussion of Rancière’s interview.

UPDATE: Here is the beautiful revolutionary innovation in action (the first five minutes are priceless):

Hegel, Marx et le monde contemporain/ Hegel, Marx and the Contemporary World


Appel de contributions – Colloque Marx-Hegel

Hegel, Marx et le monde contemporain/ Hegel, Marx and the Contemporary World

Colloque du Club de lecture Marx-Hegel (UdeM)/ A Marx-Hegel Reading Club (UdeM) Conference

Vendredi le 4 avril 2014/Friday the 4th of April 2014

Université de Montréal

Appel de contributions/Call for Contributions

L’Occident, si ce n’est le monde entier, serait en « crise ». Modalité historique et sociale de nos existences individuelles, la crise écologique, économique, politique, voire même anthropologique, frappe sauvagement à la porte de la pensée. Dans le chaos dans lequel nous sommes plongés plus récemment depuis la crise financière de 2007, Marx se présente régulièrement pour éclairer de sa lanterne les profondeurs pestilentielles de l’économie capitaliste. Loin d’avoir sonné le glas, la chute à l’Est du « socialisme réel » a permis une réinterprétation et une réactualisation de la réflexion sur l’œuvre de Marx. Après la mort du prophète vint la résurrection du phénix. Mais l’apport de Marx ne serait se limiter à la critique – pourtant centrale – du capitalisme. Aujourd’hui, à peine échappé du dogme marxiste orthodoxe, Marx semble être d’emblée réintroduit dans l’arène philosophique. L’incapacité à reconnaître cet héritage philosophique et à ne voir que la rupture opérée par Marx condamnerait toute tentative d’explicitation de l’œuvre de Marx à une exégèse de type acritique. Plusieurs suggèrent que ce soit en portant à la surface le philosophique chez Marx que l’on peut être en mesure de réellement saisir en quoi son œuvre peut encore aujourd’hui trouver une importance pour la pensée humaine. Or, l’héritage philosophique de Marx reste incompréhensible sans l’étude approfondie de son rapport à Hegel, son « maître » comme Marx le dira lui-même. Penseur de l’effectivité moderne, Hegel a tenté d’embrasser le monde comme totalité en décelant le caractère dialectique du réel. Aujourd’hui, loin de n’être qu’un simple bibelot poussiéreux pour l’histoire de la philosophie, Hegel retrouve toute sa jeunesse dans les débats contemporains sur notre société (rôle des institutions, de la culture, de l’État, critique du libéralisme et de l’individualisme, politique de la reconnaissance, idée de « peuple », etc.). C’est donc à ce rapport, à ce dialogue entre Marx et Hegel que le présent colloque entend se consacrer, en faisant le pari que l’éclairage croisé ou contrasté de nos deux penseurs sera d’une prodigieuse fécondité pour les problèmes qui se présentent à nous. Nous chercherons ainsi à éclaircir les importations et/ou transformations tant au niveau des concepts que de la méthode qu’opère Marx par rapport à Hegel, que ce soit dans la perspective économique, politique (la question de l’État), ontologique (la question l’objectivation et du travail ou encore de l’aliénation), historique (l’idée d’un sujet de l’histoire) ou dialectique. Loin de simplement présumer que le disciple aurait dépassé son maître sur tous les plans, nous nous interrogerons aussi à savoir si parfois Hegel n’est pas d’une force explicative supérieure.

The occidental world if not the whole world lives a « crisis ». Ecological, economic , political and even anthropological, this crisis poses a challenge to the human intellect. In the chaos following more recently the 2007 financial crisis, re-reading Marx sheds new light on our understanding of the modern capitalist world. Far from having been a burial, the fall of « real socialism » in the East has made possible a renewal of reflections on Marx’s work and thought. After the death of the prophet, the thinker rose from the ashes. If, in the past, the critic of capitalism has often overshadowed the philosopher, the fall of « orthodox » Marxism has given way to a re-discovery of a Marx entangled in the philosophical debates of his (and our) time. This incapability to see the philosophical ground of Marx’s thought ended up in establishing an a-critical and often empty social doctrine. On the contrary, many suggest that it is through a re-reading of the philosophical Marx that we may be able to find anew his importance for social thought. However, Marx’s philosophical heritage is beyond understanding if one refuses to reflect on his relation to Hegel. A thinker of actuality, Hegel attempted to embrace the world as a totality, revealing the inner dialectical structure of its reality. Nowadays, Hegel gains once more a renewed importance in the philosophical debates on our contemporary society (be it on the role of institutions, culture and States or on the politics of recognition, etc.) . This conference will thus center its attention on this relation, namely the dialogue between Marx and Hegel, hoping that their insights (be they crossed or contrasting) may enlighten us to a better understanding of today’s struggles. It is also an occasion to explore the importations and/or transformations on a conceptual and methodological level that Marx operates in relation to Hegel’s philosophy. These occurrences of importation/transformation may be found on such levels as the economic, political (the notion of State for example), ontological (the notion of objectivation, labour and alienation), historical ( the notion of a subject in history) or dialectical. Far from implying that the student would have bested the master on any of these levels, we will attempt to settle whether Hegel could have on some level a better understanding of our contemporary world than Marx or not.

NB : Toute présentation traitant uniquement d’un des deux auteurs, ou la relation entre eux, voire même de leurs héritiers, sera également la bienvenue. Ce genre de questionnement a en effet lui-même produit une longue tradition de réflexions exégétique et interprétative. Que ce soit au sein des philosophies marxistes ou des courants de pensée marxiens, le rapport Marx/Hegel a été longuement discuté, avec des conclusions souvent radicalement opposées. De l’hégéliano-marxisme (Bloch, Lukács…) et l’École de Francfort (Adorno, Horkheimer, Marcuse…) au marxisme structuralisme d’Althusser en passant par Lénine (Les Cahiers sur la dialectique) ou le marxisme occidental (P. Anderson, Jameson, Korsch, Colletti, Goldmann…) les interprétations sont des plus diversifiées voire antinomiques.

NB : Any communication treating only one of these two thinkers (either Marx or Hegel), their relationship or even solely their followers is welcome. The questions posed by this conference have a long tradition of answers and approaches. Be they Marxist or Marxian thinkers, the relation between Marx and Hegel has been for a long time discussed with often radically divergent answers. From Hegelian Marxism (Bloch, Lukács …) and the Critical Theory of the Frankfurt School (Adorno, Horkheimer, Marcuse…) to the structural Marxism of Althusser without forgetting of course the “Occidental Marxism” ( P. Anderson, Jameson, Korsch, Colletti, Goldmann…) or even Lenin (Conspectus of Hegel’s book The Science of Logic), the interpretations are plural and often antinomic. Modalités de participation/To participate

Afin de participer à ce colloque, nous vous invitons à nous faire parvenir une présentation de la problématique que vous souhaitez exposer en 500 mots d’ici le 20 décembre à l’adresse suivante : colloquemarxhegel2014@gmail.com. Les présentations seront d’une durée de 15 minutes, suivies d’une période de questions et de débat.

Seules les propositions de présentations en Français ou en Anglais seront acceptées.

Notez qu’au terme du processus, il est fort probable que nous procédions à la publication des actes de colloque. Les propositions d’exposés sélectionnées seront annoncées aux participant-e-s au début du mois de janvier.

To participate please send a 500 words abstract of the problematic you would like to present to the address : colloquemarxhegel2014@gmail.com . The deadline is 20th of December 2013. The presentations should be of 15 minutes followed with a period of questions and debates.

Presentations in English or French only will be accepted.

This Conference could be followed by a publication. All accepted propositions shall be known by the beginning of January 2014.

New Book: Hegel, philosophe de l’histoire vivante (Jacques d’ Hondt)


Jacques d’ Hondt, Hegel, philosophe de l’histoire vivante (Editions Delga, 2013)

418pGWZjoqL._

Hegel avait vingt ans à la Révolution française et la quarantaine à la Restauration. Ceci le rend terriblement actuel, car de ce fait la question qui l’a hanté est aussi la question qui nous ronge aujourd’hui : pourquoi la pensée s’accommode d’un tel retard par rapport à la vie ? Pourquoi ce scandale : ce qui devrait être (socialement) selon tous, n’est pas ce qui est, et, qui plus est, rétrograde, hier de la Révolution à la Restauration, aujourd’hui du communisme, de l’État social, de la décolonisation au capitalisme totalement débridé de la crise et au néocolonialisme ? Chacun vit avec cette tension aporétique en lui enfouie et en cherche, parfois à son insu, confusément la résolution. C’est que cette question ne se laisse pas facilement théoriser. Et c’est l’immense mérite de Hegel de l’avoir initié pour nous.
« Hegel a voulu penser la vie. Ce désir naissait d’une privation : la pensée théorique manifestait, particulièrement à son époque, un désaccord profond avec la vie. Les intellectuels dévidaient l’écheveau de leurs pensées apparemment intemporelles, que la Révolution française démentait chaque jour. Il fallait que l’intelligence cessât de méconnaître l’existence historique.
La Révolution française posait les problèmes. On n’estimera jamais assez haut son influence sur la pensée de Hegel : elle exhibait ce que d’autres époques avaient dissimulé, l’événement révolutionnaire proprement dit, le renversement brusque et violent des rapports sociaux et politiques établis.
Hegel s’étonnera de cette contradiction : des idées et des sentiments consacrés, les institutions qui les incarnent, les donjons qui les protègent, s’effondrent soudain, alors que la plupart des témoins continuent de croire à leur invulnérabilité, à leur éternité. Dans la poussière des démolitions, on démontre encore rationnellement la pérennité des édifices – et ce sont parfois les mêmes hommes qui manient la pioche du démolisseur et la rhétorique du conservateur !
Hegel cherchera le heurt avec cette difficulté : d’où provient le désaccord de la pensée et de la vie, le retard excessif de la première sur la seconde ? Comment réduire ce décalage, obtenir une réconciliation ? » J. D’Hondt