L’esprit d’Albert Ayler ne meurt pas


Nice little piece on Ayler in Le Monde:

Albert Ayler, né à Cleveland (Ohio), a été retrouvé barbotant dans les eaux de l’East River, un 25 novembre, à 34 ans. La police a conclu à une mort par noyade. Personne ne l’a crue. Albert Ayler fait partie des musiciens (sax ténor, soprano et alto) que le souffle et la brièveté de leur course portent plus haut que les astres. Au ténor, il avait un son de cathédrale. On a pris sa musique pour révolutionnaire. On avait tort, mais on avait raison d’avoir tort. Sa musique éclatante eut le sens d’une archéologie triomphale du “jazz”. Ses adversaires le tenaient pour un apprenti.“Leur fils de cinq ans en eût fait autant.” Ils avaient raison, mais ils avaient tort d’avoir raison. Et leur fils n’a rien fait.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s